Éditorial.

Château Palmer & jazz vont de pair.
L’un comme l’autre s’écrit à la lumière d’un héritage. Un patrimoine ancestral qui signe chaque composition. Le respecter s’impose. En jouer aussi : il y va de sa vie. À cette fin, histoire et innovation s’écoutent, se répondent, composent de concert… Place à l’improvisation, à l’interprétation. En jeu ?

Un équilibre singulier entre socle de traditions et liberté d’expression. Une fois atteint, un phrasé complexe et spontané, raisonné et émouvant, universel et mystérieux se dessine. En bouche comme à l’oreille, un plaisir partagé.

La preuve en notes, au chai : Hear Palmer.


Thomas Duroux

Share
...

This is a unique website which will require a more modern browser to work!

Please upgrade today!